Juillet 2017
LunMarMerJeuVenSamDim
     12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31      

Calendrier Calendrier


La différence Butch / Fem

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

default La différence Butch / Fem

Message par Admin le Dim 19 Aoû - 17:51

Les lesbiennes dans des cases

Il est toujours ridicule de vouloir mettre les gens dans des cases car en fait il y a autant de cases que de personnes. Et si on entend souvent parler de la bipolarité butch / fem il ne faut pas pour autant penser qu'une lesbienne devrait forcément se prévaloir de l'un ou l'autre de ces deux styles.

S'il est vrai que ce sont les deux extrèmes dans les styles lesbiens, c'est évident qu'il existe bon nombre de styles différents qui viennent s'intercaler entre ces deux genres et desquels il est plus aisé de se sentir proche.

Les "Butchs"

[img][/img]

Neve Campbell (*)

Les butchs (ou plus communément cammionneuses dans une bouche hétérosexuelle) sont les lesbiennes de type "garçons manqués" qui transgressent le genre féminin et adoptent les codes du genre masculin.

Ces codes sont liés à l'apparence, au look, au physique, aux accessoires, aux vêtements, aux attitudes, mais aussi au comportement, aux goûts, aux hobbys, etc...

Les butchs s'autorisent le droit de refuser d'adopter le genre qu'on leur impose, ce qui en fait un acte subversif. Par leur attitude revendicatrice, les butches étaient et sont encore de nos jours l'image de la communauté lesbienne, et souffrent davantage des violences et des discriminations.

Les "Fems"

Les fems, à l'opposé sont les lesbiennes qui adoptent le genre féminin et cultivent une allure féminine (maquillage, talons, allure, etc...) sans adhérer pour autant à leur genre sexuel par leur sexualité.

Elles sont rarement vues comme homosexuelles, mais peuvent donner une image des lesbiennes plus variée et mieux acceptée.

Certaines lesbiennes sont fems par convenance, parce qu'ainsi elles passent inaperçues au regard de la société massivement hétérosexuelle.

D'autres sont fems parce qu'elles assument pleinement leur féminité autant que leur homosexualité, n'en déplaise à l'égo de ces messieurs.

Les lesbiennes "Lipstick" ou le "Lesbian Chic"

Le "Lesbian Chic" recouvre l'identité de lesbiennes féminines aux revenus confortables, bien placées socialement. On peut en voir la représentation dans le film She Hate Me ou la série The L Word.

[img][/img]

Les "androgynes"

Les androgynes sont par définition des personnes dont on ne sait pas au premier coup d'oeil si ce sont des hommes ou des femmes tant ils jouent la confusion des genres en adoptant une partie des codes du genre féminin et une partie des codes du genre féminin.

Généralement les lesbiennes androgynes tout en s'habillant de manière masculine parviennent à faire resortir leur féminité dans leur allure générale et sont, de fait, bien différentes des butchs citées précédemment.

[img][/img]

Les "Stone Butchs"

Les "stone butchs" représentent le cas extrême de la femme très masculine qui séduisent les femmes et leur apportent du plaisir sans réciprocité.

Historique de ces genres

Dans les années 1920, une nouvelle identité voit le jour avec la vogue des garçonnes en France et surtout le courant des lesbiennes habillées en hommes, comme Mathilde de Morny ou Radclyffe Hall, opposées à la féminine Djuna Barnes ou à l'amazone Natalie Barney.

Dans les années 1940 les mots "butch", abréviation de "butcher" (boucher) en anglais, et "femme" ou "fem", reprise du mot français ou abréviation de "feminine", apparaissent aux États-Unis d'Amérique pour désigner les lesbiennes masculines et féminines.

Ces deux identités répondent au besoin d'affirmer la spécificité de la communauté des lesbiennes et modélisent les comportements.

Elles ne correspondent pas pour autant à un modèle de couple : il y a des couples "fem-fem" et "butch-butch" comme des couples "fem-butch".

Durant les années 1950 elles se sont étendues et ont structuré la sous-culture des bars lesbiens aux États-Unis et au Canada, reprises sous ce nom au Québec.

Dans les années 1970, certaines féministes radicales discréditent les identités masculines pour leur culture machiste et comme imitation des hommes, et attaquent la sexualité "butch-fem" comme caricature du couple hétérosexuel.

Jennifer Tilly et Gina Gershon (**)

Ces attaques ont mené à l'homogénéisation de l'apparence des lesbiennes, et à la mode des lesbiennes "lipstick" qui s'est diffusée par le biais de la publicité.

Dans les années 1980 s'élève une défense et une réhabilitation de ces identités hitoriques et de ces modes d'identification avec Joan Nestle puis les théoriciens queer.

Les "drag-kings" connaissent une nouvelle faveur, la chanteuse k. d. lang ne craint pas d'apparaître en costume masculin, et un groupe de chanteuses se nomme même les Butchies.

Dans les années 1990, les mots "butch" et "fem" parviennent en France, où existaient déjà des mots pour les lesbiennes masculines comme "camieonneuse", et pour le couple "jules/nana", et où vivaient des personnalités telles qu'Hélène Azenor ou Monique Wittig.





(*) : Jennifer Tilly et Gina Gershon en couple butch/fem mythique dans le film Bound de Andy Wachowski (1996)

[img][/img]

Admin
Admin

Messages : 119
Date d'inscription : 10/08/2009

Voir le profil de l'utilisateur http://lgbt-tahiti-cc.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum